Plus ça change, plus c’est pareil

Les seules limites de nos réalisations de demain, ce sont nos doutes et nos hésitations d’aujourd’hui – Eleanor Roosevelt

1002998_672331379484040_486783316_n2013 est passée, nous ouvrons aujourd’hui nos bras à 2014.  Comme chaque année, c’est un peu l’heure des bilans et des résolutions. Cette année, j’ai envie de faire un petit bilan, question de ne pas oublier par où l’on est passé pour enfin arriver là où l’on est aujourd’hui.

Je ne vous cacherai pas que 2013 a été une année plutôt difficile pour moi. Oui, bien sûr, l’ajout d’un 2e enfant ayant un diagnostic de TDAH a été un choc, une grosse pilule difficile à avaler.  Mais ce qui a été pour moi plus déstabilisant cette fois, c’est l’entrée officielle des comorbidités dans notre vie familiale.  Un trouble d’opposition avec provocation, ça a des répercussions sur toute la famille; la fratrie, les parents (ouf!) et les relations interpersonnelles avec toutes les personnes qui gravitent autour de nous.  Tout un défi! Pourtant, nous avons prit les choses en main, psychoéducation pour les fistons qui se querellent sans cesse et psychoéducation pour les parents aussi… à force de tout tenter, tu finis par te perdre dans toutes ces interventions et à te perdre en tant que couple… tu n’es plus qu’un parent désespéré et à bout de souffle. Pourtant, il ne faut pas baisser les bras, il existe des solutions! Mais il faut les chercher car elles ne viendront pas à vous toutes seules… un diagnostic ça éclaire, ça confirme mais après, on fait quoi avec tout ça? Eh bien, c’est le début d’une longue investigation, d’une recherche perpétuelle de services… 2013, ça a été un peu ça pour nous au final.

Sur la page facebook de ce blogue, je reçois très souvent des messages de parents, souvent désespérés ou encore porteurs d’espoir. Je réalise qu’ici au Québec, malgré les préjugés et les idées préconçues portant sur les médicaments et le profil type de l’hyperactif, nous avons accès à une foule de ressources pour nous aider à vivre avec le TDAH : de nombreuses publications, un grand choix de médications, une ouverture des médecins face à cette problématique qui ne demande ici qu’une évaluation fait par un(e) psychologue et non pas un psychiatre.  Tout notre système scolaire est adapté et conscient de cette problématique.  C’est un peu comme être diabétique quoi!  Demandez donc à un(e) français(e) de vous dire comment c’est vécu chez eux… une vraie galère! Même les psychiatres sont contre le diagnostic… le TDAH est pratiquement traité comme un trouble imaginaire, une fabulation des parents.  La psychologue de mon fils disait même que plusieurs français débarquaient ici au Québec pour obtenir un diagnostic faute de pouvoir y accéder en France.  Cette situation est révoltante c’est vrai, et c’est pourquoi je retiens mes commentaires sur notre système de santé qui n’assure pas une pleine prise en charge du TDAH chez l’enfant.  Toutes ces personnes dans le besoin ont besoin de partager, de trouver des solutions et des ressources pour faire face au TDAH (et à ses &%?$ de comorbidités). C’est pourquoi je poursuis l’écriture de ce blogue.

Toute cette réflexion m’amène de nouveau à parler de mon projet de portail qui est pratiquement prêt… quand je repense à ce projet que j’étire puis reporte sans cesse… je me questionne… suis-je TDAH coudonc? On m’assure que non… mais quand je me regarde repousser le tout et repartir en flèche en y travaillant pendant des heures sans pouvoir m’arrêter… je réalise bien malgré moi que je reconnais plusieurs de ces signes… mais ce qui est formidable dans tout cela, c’est que je sais maintenant comment vivre avec!  Et vous? Votre bilan 2013?

Bonne année 2014!!

J’en témoignerai !

Ça y est, je viens de recevoir la confirmation officielle.  J’aurai le grand honneur de transmettre un petit bout de mon histoire de maman vivant avec des enfants diagnostiqués avec un TDAH, lors des journées régionales du TDAH qui se tiendront du 21 au 23 novembre prochain à Drummondville.  Ces journées sont organisées d’abord pour les intervenants/professionnels mais cette année, ils ajoutent une journée spécialement pour les parents (samedi).

Si vous n’avez jamais assisté à une conférence du Dr Laberge, c’est votre chance d’y participer puisqu’elle lancera l’événement avec la conférence d’ouverture  le jeudi 21 novembre à 19h00 (et je vous jure, c’est une excellente conférencière, vous allez rire aux larmes).  Pour ma part, je serai sur place samedi le 23 dès 8h15 pour l’ouverture de la journée des parents (je suis très fébrile).  J’espère vous y voir et que vous saurez profiter de ces belles journées qui vous sont offertes à un prix flexible et très raisonnable.

Les journées régionales sont organisées par :

Dates: 21 au 23 novembre 2013

Lieu:  Hôtel et Suites Le Dauphin –  600, boul. St-Joseph, Drummondville

Pour plus d’informations et pour vous inscrire, visitez le site consacré à l’événement.

La semaine nationale du TDAH

En ce début de la semaine canadienne du TDAH (par le CADDAC), je me dois de ramener les choses en perspective. On entends souvent l’expression « un enfant du Ritalin » qui sert malheureusement un peu d’étiquette au TDAH, ce qui est assez troublant.   Le Ritalin est devenu populaire parce qu’il était administré à des enfants turbulents, hyperactifs.  Alors que dans la réalité, cette médication est aussi administré aux enfants inattentifs. Ce n’est ni une vitamine, ni un supplément.  C’est un psychostimulant. Aujourd’hui, il n’y a plus beaucoup d’enfants qui prennent le Ritalin, on parle davantage de médication plus avancée, à dissolution lente comme le Concerta qui agit plus longtemps que le Ritalin.  Bref, on a tendance à décrire le TDAH à travers sa médication.  Ne nous demandons pas pourquoi les médias parlent de TDAH lorsque les données portant sur la vente de médicaments augmentent.  Pourtant, le TDAH touche de 3 à 7 % les enfants d’âge scolaire… si on calcule au prorata, on ne surconsomme pas tant que ça.
J’ai reçu sur ce blogue quelques commentaires qui nous reprochaient à nous parents d’enfants TDAH de médicamenter inutilement nos enfants… j’ai donc pensé qu’il serait sage de définir le TDAH pour les malcommodes qui jugent sans savoir, mais aussi pour vous chers parents, tant pour ceux qui se questionnent que pour ceux qui souhaitent en savoir plus.

Un site?

J’ai donc créé un site à l’intérieur de ce blogue.  Ce site est d’abord composé d’une section intitulée « Comprendre » pour tout savoir sur la problématique, de l’enfant à l’adulte.  Plusieurs contenus de référence s’ajouteront au fil des jours.  Bien connaître le TDAH n’est pas une tâche facile, c’est pourquoi je vous propose de consulter cette nouvelle page portant sur les mythes et les réalités du TDAH. L’ensemble de la section « Comprendre » sera sous le thème des références, donc aucun billet n’y sera publié.

Pour mieux vous orienter dans le blogue, je vous propose désormais plusieurs catégories de contenus :

  • Accepter:  Une fois la problématique comprise, il faut savoir reconnaître et accepter celle-ci. Cette section présentera tous les impacts reliés à la gestion du TDAH, de l’estime de soi à l’organisation quotidienne.
  • Intervenir : Toutes les pistes de traitement, de la médication à la psychothérapie en passant par les méthodes alternatives et les résultats de recherche.
  • Ressources : Toutes les nouvelles, la documentation, des outils et guides ainsi que l’avis des experts. Une foule de pistes essentielles pour y voir plus clair.
  • Communauté : Zone des membres où l’on trouve des témoignages, différents événements organisés ainsi qu’un forum de discussion.

J’espère que cette réorganisation saura vous plaire et que vous profiterez de celle-ci pour soumettre vos idées, vos témoignages, etc.