Ce blogue a bougé

Ceci est mon dernier billet sur cette adresse.  J’ai décidé de bouger le blogue afin de profiter de plus de flexibilité lors de la publication de mes billets.  J’en ai profité pour revoir le look et optimiser la navigation.  Ainsi, c’est maintenant sur familletdah.com que vous pourrez consulter tous les nouveaux billets et bien sûr, les anciens puisque j’ai transféré l’ensemble des contenus.  La seule chose que je n’ai pu transférer, c’est votre abonnement à l’alerte de publication.  Je vous demanderais donc de vous réabonner si vous souhaitez être avisé de chacune de mes nouvelles publication (et pour recevoir quelques surprises!).

Merci de continuer à me suivre!!!!

évaluation.. prise 3!

guillaumeVous le savez déjà, le TDAH est un trouble neurologique plus souvent qu’autrement, de nature héréditaire. Si vous me suivez depuis quelques mois, vous savez déjà qu’un doute certain sommeille en moi quant à la possibilité que mon 3e garçon soit lui aussi touché par le TDAH.

Bien sûr, nous avions eu quelques petits indices à la maison qui laissait planer un certain doute, un arrière goût dont nous n’avions pas envie… mais nous nous accrochions, nous avions espoir qu’il s’en sortirait… comme lors de son examen de la vue où contrairement à ses frères, s’en est sorti avec une vue parfaite.  Il faut dire que Fiston #3 est un enfant adorable, vraiment charmant… et si créatif… pas du tout caractériel, pas turbulent non plus… juste trop mignon. Nous l’appelons d’ailleurs notre enfant soleil, il est comme ce chaud rayon de soleil qui réchauffe et illumine notre vie… toujours souriant, de bonne humeur, tout petit (malgré son presque 7 ans) mais oh combien chaleureux. Il est aimé et apprécié de tous.

Cet enfant soleil est toujours aussi charmant mais il a développé dans les derniers mois quelques petits traits que l’on pourrait qualifier de vaporeux… il a du mal à suivre les consignes, est agité, a des tics moteurs… et plusieurs autres petits indices qui ont été observés au camp de jour et… à l’école! Les professeurs sont unanimes, il a du mal à suivre les consignes, est hypersensible aux sons, au toucher (surtout les mains et les pieds). Ça devient tellement difficile qu’on lui a proposé de faire les récrés « coup de pouce » où on y offre plus d’encadrement qu’à une récré normale.  On nous a aussi proposé de lui offrir un temps de repos après chaque récré pour faciliter la transition.  C’est un enfant charmant, mais il dérange beaucoup en classe. Il prends de la place. 🙂  Mais j’apprécie tellement que l’équipe école ai proposé des moyens pour l’aider à mieux s’adapter.  On ne nous a pas encore proposé de plan d’intervention, mais ça viendra probablement. Je suis en admiration devant leur professionnalisme et leur ouverture.

Toutefois, puisqu’on est déjà passé par là, deux fois plutôt qu’une, nous savions qu’une évaluation était nécessaire pour affirmer avec certitude que nous avions bien affaire à un déficit d’attention.  Je ne peux pas me fier à mon expérience, je ne peux pas non plus me fier à l’expérience de l’école ou des spécialistes de celle-ci. Je dois faire faire une évaluation approfondie, qui documente sans l’ombre d’un doute si nous avons là un TDAH.  J’entrevois cette évaluation comme une responsabilité.  Si mon enfant a du mal à voir, je vais lui faire passer un examen de la vue.  C’est le même principe avec le comportement.

Nous avons donc prit rendez-vous avec une clinique spécialisée en évaluation comportementale.  Cette fois, puisque nous avons déménagé depuis la dernière évaluation, nous avons choisi un endroit plus proche de la maison.  Je dois vous dire de prime à bord que j’ai été surprise par la quantité de questionnaires à compléter par les parents (environ 4-5).  Même sa professeur de première année a dû en compléter 2 (les dernières fois c’était 1) !

L’évaluation, en plus d’analyser nos réponses aux questionnaires, consiste à 3 séances de 2 heures avec l’enfant afin d’évaluer ses aptitudes, sa maturité et finalement, sa capacité d’attention (ses fonctions exécutives).  Suivra bien entendu le bilan qui devrait nous être présenté en décembre. Ce processus coûte évidemment de l’argent… habituellement, il en coûte environ 1500$ qui peut varier en fonction des résultats aux différents tests (certains peuvent être ajoutés en cours d’évaluation).

Bien sûr, nous aimerions pouvoir dépenser cet argent ailleurs… dans des activités familiales par exemple… mais il est nécessaire d’avoir l’heure juste.  Sans savoir ce à quoi nous faisons face, sans diagnostic, il est difficile d’intervenir adéquatement.  J’ai essayé plusieurs types d’interventions pour aider à son cheminement scolaire, en optimisant son hygiène de vie, en réduisant le sucre, en enrichissant son alimentation d’Omega3 et en consultant en ergothérapie… mais si mon intuition n’était pas bonne? Les difficultés sont là, mais la solution elle, n’est pas aussi claire…

Oui c’est vrai, nous sacrifions nos vacances de Noël pour avoir cette évaluation.  Nous aimons notre fils et nous souhaitons de tout coeur pouvoir l’aider et le guider dans ses apprentissages de vie. Nous pensons à lui d’abord et avant tout, parce que pour nous, TDAH ou pas, il est et restera toujours notre petit rayon de soleil.

Combattre l’anxiété, vos trucs!

photo_sommeilJe vous ai présenté ma problématique sur ma page facebook : Fiston est de plus en plus anxieux depuis 2-3 semaines… là, c’est tous les soirs où il n’arrive pas à dormir… on lui donne de la mélatonine, on le change d’endroit pour dormir, on lui dit de ne pas s’en faire et de penser à de belles choses, rien n’y fait. Il panique, il pleure et dit que son lit est maléfique… je sais, il a un trouble anxieux, mais c’est la toute première fois que ça se manifeste ainsi. Mon hypothèse? On doit augmenter le dosage de sa médication… qu’en pensez-vous?

Vous avez été nombreux, nombreuses (54 pour être plus exact) à me donner votre opinion, vos trucs et j’y ai trouvé tellement de réconfort et de solidarité que je me dois d’en faire profiter tous ceux qui n’ont pas eux la chance de vous lire.  J’ai donc décidé de publier ici les meilleurs trucs proposés pour combattre l’anxiété lors du coucher.

30 Trucs pour combattre l’anxiété au coucher

  1. Considérer Intuniv comme médication complémentaire ou de remplacement
  2. Opter pour une veilleuse ou une source de lumière apaisante
  3. Donner un massage
  4. Mettre une musique apaisante
  5. Considérer l’approche PNL
  6. Chasser les craintes de monstres et autres inquiétudes (Appeler les fées protectrices en tapant dans les mains, vaporiser de l’eau dans les airs pour chasser les mauvais esprits, utiliser un nouveau toutou « magique » qui éloigne ce qui fait peur a l’enfant,
  7. Assurer une présence (puis s’éloigner graduellement…)
  8. Techniques de respiration et de visualisation
  9. Faire plus de sport
  10. Opter pour un produit homéopathique
  11. Détentes dirigées
  12. Consultation en psychoéducation pour gestion de l’anxiété
  13. Consulter en ostéopathie
  14. Musique de détente de Nicole Bordeleau
  15. Neurofeedback
  16. Se faire prescrire de la Clonidine ou du Seroquel
  17. Une thérapie cognitive comportementale
  18. Opter pour un toutou lourd
  19. Parfumer à la lavande
  20. Lire le bouquin  » Incroyable moi maitrise son anxiété« 
  21. Jouer au Tangle
  22. Essayer le yoga
  23. Dormir avec son animal de compagnie
  24. Suppléments de magnésium
  25. Un sac magique chauffé
  26. Essayer le produit naturel « Natural Calm »
  27. L’auto-hypnose
  28. Sophrologie et la gestion mentale
  29. Lire avant de dormir
  30. Ne pas regarder de télé violente ou troublante ni jouer à des jeux vidéo

Vous êtes très créatifs!!! J’y vois plusieurs bonnes idées mais celle que je retiens le plus c’est celle qui utilise l’imaginaire de l’enfant pour chasser les idées négatives.  Ici, nous utilisons des taies d’oreiller que ma mère a fabriqué lorsque les enfants dormaient avec un tout petit oreiller.  Aujourd’hui, on pose la taie par-dessus la taie de l’oreiller et on dit que c’est une poche à cauchemars, elle attrape ceux-ci avant qu’ils ne soient dans nos rêves.  Ça fonctionne bien… mais certaines fois, nous devons vivre avec le trouble anxieux qui lui, peut s’avérer beaucoup plus complexe.