La rentrée au secondaire


Aujourd’hui, c’était jour de rentrée scolaire. La rentrée pour mes 3 fils et un passage important pour chacun d’eux.  Le plus petit qui débute vraiment l’école avec une première année. Le second qui passe en 4e mais doit changer de pavillon pour se retrouver avec les grands et finalement… mon grand garçon de 12 ans qui entre au secondaire.

J’aurais eu envie d’être avec lui, revivre ce passage important où tout nous semble pensé exactement pour notre groupe d’âge.  Plus de besoin de récrés à jouer au ballon, plus personne pour nous dire à quelle heure dîner, plus besoin de prendre le rang et surtout, complétement maître de notre journée… ou presque!  J’aurais eu envie d’être avec lui, mais je n’y étais pas.

materielscolaireBien sûr, j’avais tout préparé pour cette rentrée.  Un GRAND sac pour loger tous les livres et manuels, des cartables à rabats pour chaque matière afin de m’assurer qu’il ai tout en main (et que les feuilles ne sortent pas de partout).  Des étiquettes sur tout son matériel parce que je sais qu’il en perdra au moins la moitié.  Nous avons choisi et organisé sa rentrée ensemble.  Il a choisi son matériel et je l’ai organisé.  J’ai fais référence à mon secondaire, je lui ai donné tous les trucs que j’utilisais pour me faciliter la tâche : afficher mon horaire sur la porte du casier, planifier mon horaire en le retranscrivant directement dans l’agenda (ndlr : les agendas d’aujourd’hui sont vraiment supérieurs en termes de contenu… même le jour y est inscrit… je fais référence au jour de l’horaire, pas à la date bien entendu).  Utiliser les marqueurs pour bien repérer les matières dans l’Agenda, faire le devoir le jour même pour éviter d’accumuler les retards.  Utiliser la biblio de l’école pour faire ses devoirs, ça libère la soirée sinon une partie de celle-ci.  Bref, j’ai pigé dans ma boite à souvenirs et je lui ai tout déballé.  J’aurais tant voulu l’y accompagner, il est encore si petit, si fragile… 

J’étais tellement prête pour cette rentrée que je lui ai même fait son lunch.  Comme toujours, il n’a pas aimé le sandwich, même si je m’étais surpassée en créativité (poulet, mayo au cari, mangue et fromage) mais ce n’est pas grave, je mangerai le 2e sandwich qui l’attend dans le frigo.  Je lui ai donné comme directive d’observer le fonctionnement de la cafétéria et de voir si quelque chose pourrait l’intéresser (il est tellement difficile) et de me revenir avec le budget dont il aura besoin… j’ai repassé avec lui son numéro de cadenas, le numéro de son autobus et son numéro de casier… nous avons aussi revu ensemble tout son parcours de la journée, « tu te rends à quel arrêt de bus? Oui, c’est ça.  Ce soir, tu devras identifier ton bus au débarcadère et ne soit pas en retard, il ne t’attendra pas ».  « En cas de pépin, tu dois te rendre au secrétariat pour m’appeler… » Il ne m’a pas appelé, même pas en rentrant une fois sa journée terminée. 

Toute cette journée de rentrée au secondaire, je ne l’ai pas accompagné ni même conduit à l’école.  J’ai laissé l’oisillon prendre son envol et battre de ses propres ailes.  Même si je m’inquiète pour lui, même si j’ai été en pensée toute la journée avec lui, je savais qu’il y arriverait. Je savais qu’au fond, j’avais tout donné pour lui permettre de s’organiser, qu’il avait tout en main pour passer avec succès cet important passage.  Mon petit TDAH est maintenant grand, il sait comment son déficit d’attention se manifeste et il possède des outils pour l’aider à vivre au quotidien avec ce trouble.  Comme le Dr Vincent disait dans une émission de télé dernièrement, le problème ce n’est pas le TDAH, c’est ce qu’on fait avec qui est important. 

C’était SA rentrée et je lui ai laissé la vivre à sa façon, seul comme un grand, prêt à battre des ailes et voler vers sa vie d’ado… et d’adulte. 

5 réflexions sur “La rentrée au secondaire

  1. Je voudrai savoir où effevtuer des demarches pour evaluer un enfant quand il existe déjà un sous traitement dans la famille..Nous venons d’arriver a Montréal et je suis sans repère. Merci

    J'aime

  2. Pour le mien, la rentrée en 5 ème primaire était quand même un stress, même s’il retrouvait la même classe et le même prof sympa de l’an dernier. Cela s’est d’ailleurs traduit par un pipi au lit. Ce qu’il appréhende le plus: rester des journées entières sur un banc.
    C’est tellement plus cool les vacances où l’on ne voit que ses meilleurs copains et où on fait des stages dans des branches que l’on aime!
    il me disait le jour de la rentrée: »C’est bien fait que l’inventeur de l’école soit mort, il l’a bien mérité »…

    J'aime

  3. Onnnnhhh! J’aurais pu écrire ce texte mais je n’est pas ton talent d’écriture. 🙂
    Ça s’est passé comme ça ici aussi aujourd’hui ! exactement comme ça ! Qu’il sont beau et grand et tout plein de ressource nos anciens petits TDAH.

    J'aime

Soumettre un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s