Quand le doute s’installe…


Vous savez, en démarrant ce blogue, je le faisais d’abord pour moi, parce que j’avais envie de m’exprimer sur cette détresse qui m’habitais face au diagnostic de mon fils.  J’avais honte de lui avoir transmis les gênes qui allait limiter les espoirs que j’avais pour lui.  Je n’osais pas en parler dans mon entourage et je me suis dit, puisque je travaille dans le web, ce blogue pouvait avoir un double intérêt, parfaire mes connaissances des médias sociaux et être un bon exutoire.  Puis, les mois ont passés, j’ai eu envie de m’impliquer et d’en savoir plus sur le TDAH. J’ai joint le Regroupement des associations Panda où j’ai côtoyé des gens formidables et grâce auquel j’ai développé tout un réseau en lien avec le TDAH.  J’en ai beaucoup apprit sur le monde associatif, ses côtés humains et ses côtés moins humains… j’ai beaucoup apprit sur notre système de santé, sur les spécialistes et sur les avancées au niveau du TDAH.  J’achetais tout ce qui se faisait comme littérature sur le sujet, j’ai assisté à de nombreuses conférences sur le sujet et j’ai même payé de ma poche des conférences plus poussées, en lien avec le secteur de l’éducation et souvent destiné aux professionnels de la santé. Je me suis tenue à jour sur tout ce qu’il y avait comme actualité sur le sujet et j’ai même décidé de joindre une association Panda pour avoir les « deux mains dedans » pour vrai.

J’avais en tête une foule de projets reliés au TDAH, l’ouverture d’une clinique de diagnostic et de suivi, un projet d’évaluation en ligne même, sans parler de la communauté sur laquelle je planche depuis des mois… j’avais en tête d’offrir des formations sur le sujet, je me suis même formée pour devenir formatrice sur le sujet.  Je pensais aussi écrire mon livre, ayant autour de moi des contacts me permettant d’être épaulée dans ma démarche.  Je me disais, je pourrais aussi ouvrir un volet québecois au site IMPACT ADHD… le coaching familial était également un élément qui me faisait de l’oeil… des projets et des idées, j’en avait à profusion. Même un retour à l’école était possiblement envisagé, je sentais que ça passait par là. On voit souvent les gens dans la quarantaine faire un changement de carrière… en était-je rendu là?

Et puis, le doute s’est doucement installé. D’abord, en constatant à quel point le monde associatif était malade… beaucoup de déception de ce côté… étant moi-même entrepreneure, je voyais trop bien qu’il y avait plusieurs lacunes.  Par contre, j’admirais la détermination et la performance de certaines personnes qui jamais n’abandonnent.  Mais c’était aussi un monde où l’on perd quelquefois de vue ce qui nous a porté à prendre action… ce qui nous rassemble, le TDAH.  Puis, est venu un second diagnostic pour mon autre fils et l’annonce que le 3e sera probablement aussi touché.  Je me questionne et je me demande pourquoi j’en fait tant en dehors de la maison pour le TDAH… et si peu chez moi. Je devrais focuser sur mes enfants non? Et puis, le mari qui s’en mêle et qui ne comprends pas mon intérêt pour le sujet…  je laisse alors tomber l’association dans laquelle je m’impliquais, question d’être plus présente à la maison et au boulot. Mes projets pour le TDAH me passionnent, je planifie le tout chaque soir avant de dormir, j’en rêve…

Mais on me rappelle à l’ordre, je dois m’occuper de mon travail… aussi! Je manque de temps pour tout faire, j’ai un peu la langue à terre… moi qui suit habituellement si déterminée et sans baisse d’énergie.  Et là, quand je suis à quelques pas d’avoir enfin un peu de temps pour m’y consacrer, on me demande pourquoi j’y mets autant d’énergie.  Pourquoi ça me touche autant… pourquoi j’en parle tout le temps, pourquoi je suis aussi émotive par rapport à ça.

J’ai toujours été émotive. Et sensible.

Petite, j’étais toujours entourée d’enfants que je prenais en charge… par simple plaisir de faire une différence dans leur vie.  Ma mère me disais toujours que je ferais une bonne professeur, ce que j’ai décidé de faire.  J’ai donc étudié pour devenir orthopédagogue. Durant mes stages, j’ai été en contact avec des enfants très attachants puis un jour, l’une d’entre-elle m’a appelé « maman »… c’était trop pour mon émotivité… je voulais sauver tous ces enfants, mais en le faisant, j’allais peut-être oublier les miens… j’ai alors tout laissé tombé et je me suis réorienté.

Aujourd’hui, la vie m’a ramené là où je l’avais laissé. Mais le doute demeure, suis-je vraiment à ma place? Est-ce que je ne prends pas ça trop à coeur ?  Est-ce que je suis en train de faire une folle de moi? J’ai l’impression d’être cette espèce de fatiguante qui parle du TDAH de ses enfants à tout le monde, comme si  je n’avais que cet intérêt dans ma vie.  Je suis une passionnée, c’est vrai… mais j’énerve probablement tout le monde avec cette passion… ils croient que c’est parce que je n’accepte pas la situation, que j’ai du mal avec la condition de mes enfants.  Que ça m’affecte plus qu’eux… J’ai du mal c’est vrai, parce que le quotidien n’est pas facile… pour certaines personnes, ça semble simple, une petite pilule et c’est réglé. Pour moi, et pour d’autres je le sais, c’est loin d’être aussi simple. Mais bon, je prends peut-être encore trop les choses avec émotivité.  Je pense que ce serait sage de faire le point à ce stade-ci de ma vie… de réfléchir et d’avoir un certain détachement sur le sujet. Je n’aime pas du tout ce que je projette et je dois y voir sérieusement…

17 réflexions sur “Quand le doute s’installe…

  1. Je suis super émotive à lire tout ces commentaires parce que je m’y retrouve tellement!!

    Maman d’une fille de 5 ans; diagnostic d’un TSA, TAC et en attente pour un TDAH, je suis à bout de souffle aussi. Je lis tout les jours sur ces troubles, j’en parle souvent, j’essaie de trouver des solutions, des outils facilitants, j’y pense jour et nuit, je le vis tout les jours. Parfois j’en ris et parfois j’en pleure. Je consacre beaucoup de temps à vouloir aider mon enfant du mieux que le peut, et parfois, souvent, au détriment de ma santé, mon couple et mon petit garçon que je néglige. Ensuite je me sens coupable, je veux tout faire et je m’épuise…Ça me fait tellement de bien de lire sur ce blog, c’est comme un exutoire de se sentir comprise et de voir que je ne suis pas la seule à vivre des difficultés. Même en discutant avec mes amies, ma famille, tant que tu ne vis pas ces conditions tu ne peux pas comprendre tout ce que ça implique au quotidien. Chapeau à chacun/chacune d’entre nous de mettre tout l’effort qu’il faut afin d’améliorer la vie de nos enfants et par le fait même les nôtres!!

    J'aime

  2. Parfois avec les années ont se remet en question,c’est signe que tu es vivante. Des projets ça en prend pour faire avancer les choses. Je suis très impliquée en santé mentale et j’en parle également . Depuis mon diagnostique de bi- polaire j’ai pris toute les info me concernant.
    Très souvent les gens stigmatisent la s.m….
    Je suis au dessus de cela maintenant et je suis fière de moi…
    Tu n’as pas à douter de toi, sensible et généreuse, aimante avec ta petite famille, vas oû le vent te porte regarde tout le chemin que tu as fait,,,on dit que dans le pire reste le meilleur à venir,,,,fais toi confiance ma grande…

    J'aime

  3. Je te comprends X 1000, j’ai l’impression de lire mon récit. Je me suis tellement investie dans ce dossier, au point de ne penser qu’à ça, je ne finissais plus par aller me coucher à lire tout ce qui se dit ou se fait, tous les témoignages si difficile à lire, qui me faisaient toujours pleurer et m’en voulais d’avoir  »légué » ce problème à mon fils d’amour. Lui qui est si beau, heureux et doux qui devenait agressif, triste anxieux paniqué avec cette merde de médicaments j’avais l’impression de droguer mon fils de lui faire du mal, d’être prise dans un étau avec l’école qui FORCE vraiment beaucoup à ce qu’on donne de la médication, à me remettre en doute… est-ce mes peurs qui vont nuire à mon fils si je ne lui en donne pas. Suis ok, est-ce que je me fais assimiler par la vague du perfectionnisme scolaire? J’ai tout TOUT TOUT essayé du Yoga au pilules, alimentation, vitamines, suppléments etc… rien ne fait… tenté de voir 3-4 médecins, qui n’ont rien fait de plus que de nous prescrire des pilules. J’ai appelé 2-3 fois en larmes et au désespoir dans l’Espoir de parler au Dr Vincent, mais jamais on ne me m’a permis de la voir, pcq elle ne voit plus d’enfants. Une infirmière de la clinique pédiatrique qui était bête et arrogante qui me disait que si le médicament ne fonctionnait chez mon fils c’était pcq heeeeeeee on parle de molécules chimiques qui agissent dans le cerveau , pas de croyances ésotériques CIBOLE! Que ça ne se pouvait pas que mon fils fasse des crises de panique et d’angoisse sévère à me dire maman j’en peux plus de ma vie, je veux mourir et que la veille de prendre ce médicament TOUT allait super bien! Je suis pas une folle je le connais mon enfant , bref que de la frustration dans ce dossier. PERSONNE ne nous a aidé jamais! Il a 11 ans aujourd’hui et ça va pas si mal avec le Strattera mais ce n’est pas parfait! Bref concentre toi sur tes amours c’est la priorité! Bon courage et gros bisous xxx d’une mère aimante qui donnerait tout pour pas avoir à vivre avec cette cochonnerie. Soyons relatif notre enfants est super , intelligent, drôle, brillant, bon succès scolaire un amour sur deux pattes et en santé , le reste importe peu, qu’il bouge beaucoup ou qu’il échappe 20X son crayon en classe c’est secondaire! Des mitaines et des tuques j’en achète 20 paires par année so what…. 🙂 je suis pareille 🙂 xxx hug 🙂

    J'aime

  4. Je trouve génial tout se que vous faite …… moi je n’est pas le force !!
    Je me retrouve à 100% dans le dernier paragraphe !!!! J’en parle tout le temps à tout le monde 😉
    Je me suis aussi demander si c’est par se que je n’acceptais pas ?
    Je pense qu’on veut juste qu’on nous comprennent nous et nos loulous !!!!

    J'aime

  5. Je comprends bien ce dont tu parles. Mon fils a maintenant 18 ans.
    À ses 18 mois, on l’hospitalise d’urgence pour un diabète de type 1. Une petite enfance ponctuée de crise d’hypoglycémies, d’hyperglycémies, de pompe à insuline, de cathéters et d’en plus d’un TDAH que j’ai accepté de traiter seulement à ses 10 ans. Le diabète et le TDAH avait pris toute la place dans ma vie. Un jour j’ai eu besoin de passer à autre chose bien que la condition de mon fils me tiennent toujours autant à coeur. Je le supervise encore dans ses études bien qu’il soit au cégep et je sais qu’il aura besoin de mon support pour l’aider à organiser son temps pour toute la durée de ses études. Il a besoin de structure et d’encadrement pour être capable d’actualiser son potentiel. C’est un beau jeune homme qui a besoin de sa médication pour être en réussite et il le sait très bien. Il doit travailler l’autocontrôle pour maîtriser son impulsivité surtout quand il prend le volant. Dans la vie très intense que nous avons avec ces enfants on doit rester à l’écoute de nos besoins pour ne pas se perdre dans cet univers qui n’est en fait qu’une partie de notre vie. Je te souhaite de savoir écouter ton coeur, tu n’en seras que meilleure.

    J'aime

  6. C’est très drôle…. tu me fais penser à moi! Bourrée de projets, mais toujours un peu indécise sur la tournure que devraient prendre les événements. Ne lâche pas, tu trouveras…. Mais c’est important de prendre du temps pour toi et pour les tiens. Tu dois être en forme et enthousiaste si tu veux pouvoir t’occuper de ton petit monde.

    Et puis ne t’en fais pas, on est plusieurs à parler souvent du TDAH…. mais ceux qui ont des enfants allergiques font la même chose, comme ceux qui ont une situation particulière « vivant » près d’eux… non? Je dis souvent à mes collègues (après leur avoir cassé un peu les oreilles avec mes histoires tout l’heure du dîner par exemple…) « Merci les filles pour la thérapies! »

    J'aime

  7. Quel que soit votre décision ce que l’avenir vous réserve moi je vous dit MERCI pour cette passion car elle aura permis a ma famille de trouver un endroit où l’on a eu des réponses à nos interrogations….. Des réponses vrai, des solutions vrai et enfin on a une personne qui parle le même langage que nous.

    Merci d’être notre phare.

    J'aime

  8. J’ai le cœur serrée juste à lire ces quelques lignes, j’ai l’impression que tes mots résonne dans ma tête comme si c’était moi même qui les avait écrit…je me dit un jour à la fois et mon destin me guidera sûrement vers les bons choix et j’en espère autant pour toi! Si je peux mettre un baume sur ton cœur même si on ne se connait pas, ton blog me rappelle bien souvent que je ne suis pas seule dans se tourbillon et si tu savais le bien fou que ça peut faire 🙂

    J'aime

  9. personne ne peut prétendre connaitre et comprendre notre réalité!

    cherche à l’intérieur de toi pour connaître la réponse à tes doutes, tu a cette réponse dans le cœur…. fais attention à toi, peu importe ce que tu décideras tu prendras la bonne décision pour ta famille et toi.

    J'aime

  10. Bonjour,
    je suis maman et enseignante. Mon fils a un tdah et se porte bien. Nous le vivons tous, un jour à la fois, avec ses hauts et ses bas. Un jour à la fois est notre devise! Il faut avoir une bonne dose de confiance en soi et les autres. Lorsque certains sont incompréhensifs, nous les renseignons. Avec les années, nous nous sommes créés une carapace humoristique. Mon fils a appris à s’identifier à certains humoristes qui ont probablement un tdah également. Nous trouvons les outils nécessaires et persévérons à la maison et à l’école. J’ai vite compris avec le temps que nous devions nous investir davantage et prendre le temps nécessaire pour nous. Je te souhaite de trouver cet équilibre quotidien et d’observer les comportements de tes enfants. Ainsi, tu pourras prévenir les comportements dérangeants ou désagréables. Je suis autant passionnée que toi. J’ai appris à reconnaître plusieurs signes et j’en suis très heureuse car je peux les appliquer dans ma pratique scolaire. Bonne route!
    MM

    J'aime

  11. Ah que je te comprends! En lisant ces lignes, je me vois moi, de l’extérieur! Travaillant aussi sur le web (je suis à terminer un site pour PANDA dans ma région), allant dans le plus de réunions possible, lisant partout sur le web. Mon conjoint a été diagnostiqué et ma petite fille qui a tout juste 3 ans sur le point de l’être. C’est un effectivement à recommencer à chaque jour. Parfois le soir je suis découragée de voir que je n’ai pas avancé de la journée, parce que mes enfants m’ont accaparé toute la journée, pas fait de sieste (comme aujourd’hui), mais heureusement le lendemain matin je suis toujours aussi contente de les voir et je les aime autant. Bon courage dans ta prise de décision!

    J'aime

  12. Eloïse, je trouve que tu as une très belle lucidité. Ton troisième œil semble encore travailler pour toi et c’est important. Je te souhaite très fort de trouver la bonne manière de donner de toi au TDAH sans que ce dernier prenne tout de toi… Tu mérites certainement ça ! J’ai un garçon TDAH – trouble anxieux sévère de 13 ans… Et c’est toi, avec tn blog et Facebook qui me donne le plus de sérénité… Juste parce que tu es la… Sans plus… Et que j’ai l’impression de me retrouver à travers tes textes. Je me sens beaucoup moins seule. Accomplir ça, c’est pas rien !!! Merci.

    J'aime

  13. Je te comprends bien…
    Je me retrouve en toi sur bien des aspects (tu remplaces TDAH par EHP)..
    Mais j’ai besoin de ça aussi pour mon équilibre..
    Et c’est vrai que parfois (souvent?) on peut se demander pourquoi tant d’énergie qui pourrait être recentrée vers l’intérieur de chez moi…..
    Passionnée, passionnant…saoulante…

    J’espère que tu trouveras ton équilibre… même si celui ci est à reconstruire presque chaque jour…

    J'aime

Soumettre un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s