C’est à notre tour…


576075_10151551069175212_1951393837_nChaque témoignage que vous livrez sur ce blogue m’aide à comprendre tous les aspect, toutes les nuances du TDAH. Je pensais savoir bien des choses mais vous êtes là à chaque fois à m’en apprendre encore plus. Je vous lis, le sourire en coin ou la larme à l’oeil. Chaque fois, je me dis qu’on est chanceux finalement, notre fils ainé n’a pas de problème d’apprentissage, pas de grande comorbidité ni un comportement intolérable.  Un bon et beau petit gars qui me rends si souvent fière. Bien sûr, les matins c’est quand même le vietnam!! D’autant plus qu’il partage sa vie avec non pas un petit frère, mais deux petits frères qui sont aussi, des petites boules d’énergie.

Eh bien finalement, c’est justement d’un de ces petits frères dont je vous parlerai. Celui-là même qui traine ses pénates chez la psy depuis plusieurs semaines afin d’évaluer toutes les facettes de sa personnalité disons, très colorée. Un petit garçon difficile à cerner, qui fait peu confiance et qu’on surnomme affectueusement « Schtroumpf grognon ». Très attachant et plutôt vivant, une belle boule d’énergie ! Gare à qui s’y frotte, il risque de s’y brûler.

Eh bien ce petit homme, vient tout juste de m’apprendre lui aussi une nouvelle facette du TDAH… le diagnostic complexe. Eh oui, ça y est, nous avons un autre TDAH dans notre petite famille… en fait, que dis-je… il a un diagnostic de faux TDAH… avec hyperactivité ET impulsivité. Pas du tout de type mixte comme son frère, on l’appelle le 5% je crois.  À certain on donne un 4%, à nous on a donné un 5%… un cas de TDAH dont les fonctions exécutives ne sont touchées qu’en partie et dont les comorbidités prennent toute leur importance : ajoutons à ce beau diagnostic un trouble oppositionnel (léger) et un trouble anxieux. Un risque élevé de troubles des conduites (délinquance) et de bipolarité de type 2.  Mesdames, messieurs, je joints les rangs de ces parents qui « ne l’ont pas facile ». Tout un cocktail… pas facile à recevoir, j’ai d’ailleurs été incapable d’écrire depuis que nous avons reçu le diagnostic.

La psychologue a fait un travail remarquable, une pro, une vraie de vraie.  Elle a tellement vu juste, c’est incroyable. Mon mari aussi trouvait que le portrait et l’évaluation était d’une grande justesse.

Comme je le disais, ce diagnostic donne une nouvelle saveur au TDAH… je la trouve un peu épicée en bouche en ce moment, c’est vrai… mais nous sommes confiants, nous réussirons à le guider dans la bonne direction et il finira sur le bon chemin, celui d’une vie heureuse, harmonieuse et épanouie. – Je lui souhaite tellement.

11 réflexions sur “C’est à notre tour…

  1. Il est vraiment difficile de vivre au quotidien avec un enfant ayant un TDAH, mais, il faut persévérer et continuer de l’aider avec amour et patiente….. Même si cela n’est pas toujours facile, merci pour votre blogue.. Ça fait du bien, de voir que nous ne sommes pas seuls 😛

    J'aime

  2. Pour ma part, j’aurais aimé le savoir avant. (Advenant que le diagnostic se confirme, et il semble y avoir de bonnes chances, selon la psy qui m’évalue depuis le début de la session).
    Je n’ai même pas encore le diagnostic officiel et j’ai déjà droit à des adaptations à l’université. Moi aussi je trouve qu’il y a beaucoup d’ouverture, plus que je ne l’aurais cru, surtout rendu aux études post secondaires, j’aurais cru que ça aurait été: vous êtes des adultes, débrouillez vous, arrangez vous avec vos spécialistes de votre côté, et battez vous pour avoir droit à des accommodations.

    Si je l’avais su avant, ma vie aurait probablement été différente. La psy croit même que ma dépression (dès mes 17 ans!) aurait pu être causée (entres autres facteurs) par cela. Si j’avais pu m’épargner des misères et des difficultés, je l’aurais fait!
    Malheureusement, vers mes 13 ans, j’ai sonné une cloche qui n’a pas été entendue.

    Mais bon, avec des si….

    Aimé par 1 personne

  3. Odette, je ne suis pas d’accord sur tous les points que vous mentionnez. Nos enfants TDAH ne vont pas systématiquement dans des classes spéciales… et le système scolaire n’est pas si mal adapté que ça non plus. Mes enfants sont dans des classes régulières et ils sont au-dessus de la moyenne de la classe. Ils n’ont aucun problème d’apprentissage et les difficultés auxquelles ils font face, nous les travaillons avec le professeur titulaire. J’ai peut-être été plus chanceuse que la moyenne mais tous les professeurs que mes garçons ont eu, ont été d’une grande collaboration, toujours orientés vers une solution. Même ma voisine qui a un garçon TED et TDAH a pu l’intégrer dans une classe régulière. Je trouve que l’école fait quand même preuve de beaucoup d’ouverture.

    Aimé par 1 personne

    • Vous avez raison vous êtes chanceuse que vos enfants n’aient pas de trouble d’apprentissage ni de trouble de comportement j’en suis heureuse pour vous, le trouble est peut-être ce qu’on appelle léger
      pour les enfants ted ils sont considérés comme des enfants ayant un handicap c’est totalement autre chose

      Aimé par 1 personne

  4. Je vous lis un moment, je suis vos démarches concernant le tdah de vos fils, je suis moi-même en démarches en ce moment, je suis sur une liste d’attente pour voir la neuropsy de l’université (en janvier).
    L’avantage pour vos fils d’être diagnostiqués jeunes, c’est qu’ils pourront commencer dès maintenant à travailler sur leurs difficultés et lacunes, ça leur permettra d’être plus fonctionnels plus tard. Bon courage! Je continue de vous lire.

    Aimé par 1 personne

    • Bien cela est relatif car plusieurs adultes ont développé des mécanismes d’adaptation toute leur vie et cela a permis d’être des adultes équilibrés même si certains Défauts étaient difficiles à vivre, par exemple de la procrastination, difficulté à attendre son tour, couper la parole, problème d’organisation général. Là c’est souvent les séparations divorces qui peuvent survenir car c’est difficile à supporter. Toutefois il y a des tdah légers ceux qui sont plutôt lunatique là c’est moins handicapant mais ça prend des conjoints et des collègues compréhensifs

      diagnostiquer les jeunes en bas âge c’est pas plus évident car le système scolaire ne suit pas ils n’ont pas les services pour intervenir alors on est pris à les confiner dans des classes d’adaptation où tous les enfants en trouble du comportement ou tdah sont ce qui les ostracise vis à vis les autres enfants de leur âge et leur font perdre des années académiques à moins qu’ils soient doués

      Aimé par 1 personne

  5. Toutes ces évaluations doivent nous aider à trouvez la clé pour comprendre nos enfants. Un diagnostic si précis mais complexe à la fois. C’est tout un défi de parents et de famille. J’essaie de me redire chaque jour (surtout avec la problématique opposition) que j’investis pour que l’adolescence soit vivable ! Ils sont chanceux tes cocos d’avoir des parents présents. Ça ne pourra qu’amener des résultats positifs avec le temps.

    Aimé par 1 personne

  6. Bien selon l’hôpital Douglas, le trouble oppositionnel est une réaction à un malaise profond de non réponse aux attentes (scolaire, comportemental, social). J’imagine que ces diagnostics vous ont coûté une fortune. Si vous arrivez à obtenir des services tant mieux, car c’est difficile les tdah ne sont pas considérés comme des personnes handicapées mais plutôt comme des élèves à risque

    Aimé par 1 personne

  7. Je comprend tellement votre peine et votre inquiétude… nous sommes sur le même sentier… que nous réserve cette route si sinueuse et remplie de surprises? Aimez vous c’est tout amicalement 🙂

    Aimé par 1 personne

Soumettre un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s