Et la famille dans tout cela?


Je me posais la question aujourd’hui en constatant que mon mari n’avait visiblement jamais lu ce blogue, est-ce que les hommes vivent avec le TDAH de la même façon que les femmes?  Je pose la question mais je connais un peu la réponse (j’aimerais d’ailleurs vous lire sur ce sujet).  Il est évident que nous n’avons pas la même perspective.  C’est comme ça dans la vie en général, bien sûr.  Il suffit de lire vos commentaires sur mes différents billets pour constater que c’est une majorité féminine qui s’exprime… rares sont les hommes en quête de réponses sur ce type de blogue.  Toutefois, ils s’expriment très bien lorsque ce sont eux qui sont atteint d’un TDAH.  Pourquoi ne vont-ils pas aussi aux devants des solutions pour leur enfant?

Ce trouble vous trouble?

Est-ce que le TDAH trouble votre vie de famille, votre couple? Évidemment.  Un enfant ayant ce trouble (ou tout autre) ça apporte beaucoup de confrontations.  Des confrontations de valeur, de perception et d’émotivité.  Sans parler du sentiment de culpabilité.  Il n’a jamais été question de trouver lequel de nous deux était responsable des gènes « fautifs »… à quoi bon, tous les deux nous avons des antécédents en santé mentale dans nos familles (parent, oncles, tantes).  Et vous? Est-ce que ça a été un sujet de discorde?  Personnellement, nous visualisons ce trouble de façon très différente, je vois trop blanc et il voit trop noir… je dis qu’il juge et il me dit que je fais l’autruche.  Sommes-nous les seuls ??

À l’aide!

Bien que la psychologue nous ai proposé un livre intitulé « Ces parents à bout de souffle», je n’ai malheureusement pas encore prit le temps de le lire.  Mon mari non plus d’ailleurs 😉  J’aurais aimé pouvoir obtenir de l’aide de l’association PANDA qui a comme mandat de venir en aide aux parents mais il n’y en a pas à Montréal et malgré mon intention de m’impliquer dans le démarrage d’une unité d’aide pour Montréal, ça ne semble pas tellement les intéresser.  Ça aides-tu quelqu’un ce PANDA? Pour vrai?

Bref, je suis très heureuse d’avoir ce blogue qui me permet de m’exprimer sans jugement et qui semble apporter un petit peu de lumière à d’autres « mamans »… merci de me suivre! 🙂

4 réflexions sur “Et la famille dans tout cela?

  1. WOW! Je me reconnais en vous, c’est fou! Moi aussi j’ai tenté de contacter le groupe en démarrage de Rosemont et on m’a référé au siège social de PANDA. Je les ais contacté à 2 reprises (courriel+tél) et je n’ai pas de retour…. belle mission!

    Il y a aussi les conférences offertes par la commission scolaire ou par l’AQTA. D’ailleurs, en voici une prochaine : Le TDAH à tout âge (http://aqeta.qc.ca/activites/activites-provinciales/143-conference-samedi-21-mai-2011-le-tdah-a-tout-age-.html)

    Pas de soucis pour l’entrée à l’école. Généralement, l’orthopédagogue rencontre tous les enfants pour une pré-évaluation. Il y a ensuite une classification par groupe « homogène » et en fonction des capacités des enseignant(e)s. Il ne sera pas confronté au savoir tout de suite, c’est plutôt les règles de classe qui risquent d’être plus difficiles… mais il ne sera pas seul… d’autres enfants seront aussi agités. Il aura l’avantage d’être déjà diagnostiqué…!! Un gros PLUS dans une dynamique école.

    Merci pour les bons mots, ça fait un bien fou!

    J'aime

    • merci pour les infos sur le conférence de l’AQETA, je vais sans doute m’y inscrire.

      et merci pour les encouragements, c’est vrai que c’est un plus de le savoir avant son entrée. La directrice m’a dit que ça permettait justement de choisir le professeur et d’équilibrer les groupes.

      au plaisir!

      J'aime

  2. Bon matin,

    je suis dans une situation semblable. À Montréal, en couple, avec deux jeunes garçons, 2 ans et demi (appellons-le Pivoine) et 4 ans et demi (Cabriole, mettons.) Le plus ‘vieux’ a reçu un diagnostic de TDAH en mars 2010. C’est sa RSG en milieu familial qui a brandi un petit drapeau à l’été 2009, puis septembre 2009, à ses trois ans: le terrible two ne s’estompait tout simplement pas. Choc, vous dites? Deuil? Doute? Oui, madame. Voilà pour les grandes lignes de mon portrait.

    Je suis ce blogue avec intérêt; je trouve que vous avez une belle plume. Je lis également des livers du CHU Ste-Justine, les livres écrits par les spécialistes du TDAH, des sites web qui y sont consacrés; je suis inscrite à des blogs de différents auteurs, spécialistes de l’éducation des enfants (Alyson Schaffer et Barrie MacDonald, pour ne pas les nommer). Bref, je fouille, je m’instruis, en bonne auto-didacte. Mon chum? Niet. Il va lire un article que je lui imprime ou transfère, mais de chercher par lui-même et aller au devant des solutions pour ses enfants, comme vous le dites si bien? Non. Ce n’est tout simplement pas en lui. Est-ce que c’est parce que c’est un homme, ou parce que c’est lui? J’opterais pour un mélange des deux.

    Est-ce que c’est une source de tension? Oui! On était un couple, on se retrouve à être des parents. La collaboration devient essentielle, et les ajustements doivent se faire dans le feu de l’action, crevés morts, à bout de nerfs. J’imagine que dans toutes les familles, c’est le cas, mais avec deux jeunes garçons dont un est hyperactif, c’est de la surveillance et de l’encadrement incessants, on doit être performants et unis, mais mon dieu qu’on peut se taper sur les nerfs, des fois! Le niveau de décibels peut escalader en moins de deux et on se retrouve à jeter de l’huile sur le feu au lieu de l’éteindre. Dans mon cas, je soupçonne que c’est mon conjoint qui lui a légué ce trouble, mais de mon côté, c’est une forte myopie que je lui ai donnée…on a compris assez vite que ça ne servait à rien d’accuser l’un ou l’autre. Je suis du type anxieux: je sais que j’ai tendance à trop voir en noir. Je m’en fais pour son entrée à l’école (en septembre 2011…) et mon conjoint est plutôt du genre à laisser les bons temps rouler.

    Pour ce qui est du livre, je l’ai lu (et acheté) et je vous dirais que ça vaut la peine de trouver du temps pour le lire, parce que c’est vraiment rempli de trucs concrets et utiles.

    Pour l’associatin PANDA…J’ai aussi essayé de contacter une personne qui était en démarrage dans Rosemont via le site du regroupement, mais c’est resté sans réponse. Je vais souvent voir les sites des groupes de la couronne nord, je suis envieuse des ateliers de compétences parentales et des conférences qui s’y déroulent! Si vous voulez qu’on mette nos efforts ensemble pour démarrer qqc, je suis prête à vous rencontrer pour voir ce que ça pourrait donner.

    Merci pour le blog. Et bonne journée de la femme!

    J'aime

    • Votre enfant, en ayant son diagnostic avant l’entrée à l’école, est bien préparé. Il aura des services adéquats (Le diagnostic est nécessaire) et vous savez déjà les défis qu’il a à relever. C’est un plus! Mon fils a eu son diagnostic en début de première année. Avec des services et un suivi exceptionnel en pédopsychiatrie à l’hopital Charles Lemoyne, il a rattrapé ses retards et a d’excellents résultats scolaires. Gardez espoir.

      J'aime

Soumettre un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s