La rencontre avec la pédiatre


Cette rencontre avec la pédiatre, je l’anticipais grandement.  Je savais déjà que les médecins prescrivaient facilement la médication pour traiter le TDAH, parfois trop facilement même.  Notre pédiatre n’est pas trop du genre à discuter et même à s’inquiéter.  Elle est disons, axée sur ce qui est important (get to the point!).  Elle a examiné notre fils et je lui ai brandit le fameux rapport d’Annie.  Elle l’a lu rapidement, elle a posé une série de questions… je savais déjà qu’elle allait me proposer un choix de médication : Le Ritalin ou le Concerta ?  J’avais opté pour le Concerta parce que je tenais à ce que mon fils n’ai pas à prendre 2 doses par jour dont une sur l’heure du diner.  Il a déjà du mal à évaluer le temps nécessaire pour manger et à penser à retirer son appareil orthodontique sans le perdre, je n’allais pas ajouter à cela une pilule à avaler.  Il ne sait même pas comment avaler un comprimé, j’imaginais déjà le scénario à l’école au bureau de l’infirmière tentant avec beaucoup de mal de faire avaler à mon fils sa fameuse pilule…!!

Comme prévu, elle me proposa les 2 choix et me demandant si j’étais couvert par une assurance.  Comme travailleurs autonomes, nous sommes couverts par l’assurance maladie… et cette assurance ne couvre malheureusement pas le Concerta.  Argh!! Le confort de mon fils ou devoir payer entièrement les frais? J’ai choisis son confort.

Électrocardiogramme

Je n’avais visiblement pas assez lu sur le sujet parce que j’ai été très surprise de me faire prescrire un électrocardiogramme…! Après avoir relu les effets de la médication et consulté certains articles dont celui provenant de la Société canadienne de pédiatrie, j’ai compris qu’un électro servait principalement à identifier de possibles troubles cardiaques qui pourraient dans de rares cas, provoquer une mort subite innatendue chez les enfants ayant un TDAH.  Il est également dit que les enfants présentant une cardiopathie sont souvent porteurs du TDAH, surtout après une chirurgie cardiaque.  Je ne souhaite pas avoir l’air alarmiste mais ça demeure une réalité.  En l’absence d’études sérieuses sur le sujet, vaut mieux prévenir.

Après la pesée d’usage (la perte de poids est ce qui permet d’identifier si l’enfant a la bonne dose), nous avons prit un rendez-vous pour le suivi (avec le TDAH, on voit le médecin mensuellement).  Isabelle, notre charmante pédiatre,  m’expliqua que mon Géronimo allait prendre la médication tous les jours pendant 30 jours.  Quoi??? Moi qui croyait pouvoir lui administrer au besoin… non non… le premier essai doit être fait sur une période continue pour que l’on puisse en mesurer les véritable effets.  En y pensant, c’est d’une logique! Le comprimé est à action continue (environ 12 heures) et ne doit absolument pas être écrasé ou croqué.  Une seule question me revenait en tête… comment arriver à lui faire AVALER la fameuse pilule ?  J’imaginais déjà les larmes…

2 réflexions sur “La rencontre avec la pédiatre

  1. Bonjour, J’aurais voulu savoir si un enfant ayant une cardiopathie congénitale à déjà été traité par STRATTERA et si cela s’est bien passé ? les effets secondaires ont l’air très dangereux pour nos enfants cardiaques

    J'aime

Soumettre un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s